Quand la sociocratie rencontre l'agilité

Des idées pour renforcer les fondamentaux de l'agilité dans leur composante sociale

La matinée à jouer à Kanban, l’après-midi en atelier : pour une fois que je ne parlais pas, j’ai privilégié la participation active au ScrumDay 2012.

L’atelier “Quand la sociocratie rencontre l’agilité” était animé par le sympathique québécois Gilles Charest et l’excellent Laurent Sarrazin.

La sociocratie a ses racines en France, chez Auguste Comte, et dans la cybernétique.

Nous étions une trentaine. Nous nous sommes regroupés par 5 ou 6.

Par groupe, nous avons expérimenté 2 règles de la sociocratie :

  • la prise de décision par consentement,
  • l’élection sans candidat.

Dans notre groupe cela s’est fait assez rapidement les 2 fois. Bien que constituée par hasard, il s’est avéré que nous formions une équipe -un cercle- homogène. Cela n’a pas été le cas dans tous les groupes.

Pour la prise de décision, il n’y a pas eu beaucoup d’objections, le groupe a fait preuve d’humanité. L’élection sans candidat s’est faite en 2 temps : à l’issue du premier vote, Oana — la seule fille du groupe - avait 3 voix et après discussion les 2 qui n’avaient pas voté pour elle s’y sont ralliés.

Ensuite nous avons cherché à définir ce que peut apporter la sociocratie à l’agilité. Dans un premier temps, chaque groupe élabore un mindmap pour identifier les passerelles entre les deux. Après, on tourne pour aller voir ce qu’ont fait les autres groupes et discuter avec eux.

Voici un résumé de ce que j’ai retenu :

mindmap sociocratie rencontre agilité

La prise de décision pour l’estimation collective d’une story lors du Planning Poker est assez proche du consentement de la sociocratie. Celui-ci pourrait être utile pour des décisions d’équipe comme :

  • le choix de l’amélioration lors de la rétrospective,
  • les règles d’équipe, par exemple l’heure de la mêlée quotidienne.

L’élection sans candidat pourrait être utilisée dans certains contextes, pour :

  • choisir le Scrum Master,
  • voire le Product Owner (mais à partir d’un cercle métier),
  • ou le représentant de l’équipe pour le scrum de scrums.

Bien sûr, la notion de cercle sociocrate est proche de celle d’équipe agile. Cependant la sociocratie s’inscrit dans le cadre plus vaste d’une organisation en maintenant la structure opérationnelle existante. Cette dimension se retrouve dans l’agilité pratiquée à grande échelle, pour laquelle la notion de double lien semble une piste prometteuse.

En conclusion, il y a des idées pour renforcer les fondamentaux de l’agilité, dans leur composante sociale :

  • la coopération,
  • l’auto-organisation.

Et au-delà de l’agilité, des idées pour la société.

Quand la sociocratie rencontre l'agilité

Voir aussi