L'équipe Scrum

La notion d’équipe est classique, mais peut-être pas toujours précisément cernée.

L'équipe Scrum
Sommaire

L’importance de l’équipe dans Scrum incite à la redéfinir.

Cet article s’appuie sur des extraits de la partie L’écosystème du livre Scrum édition 6. C’est pourquoi il s’appelle l’équipe Scrum, cependant son contenu s’adresse aussi bien à une équipe agile qui ne se revendique pas de Scrum.


L’écosystème

Le principal différenciateur de Scrum (et de l’agilité), c’est l’importance accordée aux gens, le côté humain. En effet, le génie logiciel, le cycle en V, UML ne s’en préoccupent pas autant, et la gestion de projet et le management ont parfois tendance à ne considérer les personnes que comme des ressources à gérer.

Dans les conférences sur l’agilité, de nombreuses sessions portent sur la sociologie des relations. On constate que ce sujet intéresse beaucoup les participants. C’est cohérent avec la première valeur du Manifeste agile :

Les personnes et leurs interactions sont plus importantes que les processus et les outils.

Cependant, la place des process est toujours importante, en particulier dans les grandes organisations, et les outils, souvent imposés aux équipes, contraignent les interactions plutôt qu’elles ne les favorisent. La réponse – radicale – donnée par Scrum, c’est la notion d’équipe auto-organisée.

L’équipe Scrum constitue un système complexe de personnes poursuivant un objectif commun. Pour mettre en œuvre Scrum, l’équipe ne s’isole pas à l’intérieur de sa membrane. Autour d’elle, il y a les parties prenantes, toutes celles et ceux qui sont intéressés par les résultats qu’elle va leur donner. Pour que l’équipe parvienne à s’auto-organiser, il convient que ses membres – les coéquipiers – soient en relation, non seulement entre eux, mais aussi avec les parties prenantes. Tous font partie du même écosystème.

Deux caractéristiques spéciales bornent l’auto-organisation des coéquipiers Scrum :

  • un d’entre eux est chargé de la catalyser, c’est le Scrum Master (SM);
  • un autre a un pouvoir de décision sur les aspects liés au produit (au quoi ?), c’est le Product Owner (PO).
L'équipe et son écosystème'

L’équipe, redéfinie

La notion d’équipe est classique, mais… peut-être pas toujours précisément cernée. L’importance de l’équipe dans Scrum nous incite à la redéfinir.

Une équipe c’est plus qu’un groupe

Celles et ceux qui ont joué au rugby ont vraiment ressenti dans leur corps ce que signifie pousser ensemble dans la même direction, contre une équipe en face qui fait la même chose.

La mêlée (scrum !) est la quintessence de l’effort collectif, pour reprendre les mots de Daniel Herrero, le chantre du rugby.

Comme au rugby, une équipe agile c’est bien plus que des gens que l’on met ensemble à un moment donné. C’est aussi la somme de toutes les interactions entre les coéquipiers, liés pour atteindre un objectif partagé.

Dans leur livre The Wisdom of Teams : Creating the High-Performance Organization, Jon Katzenbach et Douglas Smith donnent les caractéristiques qui différencient une équipe d’un groupe :

[une équipe] … est un petit nombre de personnes avec des compétences complémentaires qui sont engagées sur une mission commune avec des objectifs de performance et avec une approche pour laquelle elles se tiennent elles-mêmes mutuellement imputables.

L’équipe Scrum a une finalité

Une équipe Scrum existe pour arriver à des résultats qui ont de la valeur. Ces résultats sont des produits ou services, induits par la mission de l’équipe.

Cette mission, alignée avec la vision des parties prenantes lors du prélude, donne une finalité à l’équipe, à partir de laquelle elle définira également des objectifs sur des horizons moins lointains (la saison, le sprint).

L’équipe Scrum s’adapte à la situation

Le rugby – qui a donné son nom à Scrum – insiste sur le rôle central du collectif. Prenons justement un exemple du rugby pour définir l’intelligence situationnelle, aboutissement de l’auto-organisation, avec un article de Pierre Villepreux 1

[les joueurs se retrouvent]… dans des situations de jeu où ils devraient pouvoir développer des compétences autres que celles de leur poste.

L’investissement de chaque joueur dans ces tâches qui ne relèvent pas du poste, se doit de répondre au contexte situationnel donc au sens attribué par toute l’équipe à cette situation.

On peut même dire quand tout est bien huilé et que chacun joue juste dans le rôle qui lui est momentanément imparti dans la situation existante que cette “synchronisation forcément collective” constitue alors un véritable système de jeu qualifié d’ouvert. 

Une équipe Scrum pourrait faire sien ce texte, en remplaçant «jeu  qualifié d’ouvert» par « travail en équipe agile » (si on veut, car jeu et ouverture sont aussi adaptés à Scrum).

Scrum est un outil de focalisation pour l’équipe

Agile Fluency présente un modèle qui propose quatre paliers dans le devenir agile d’une équipe.

Le modèle Agile Fluency

Le modèle permet de répondre à deux questions :

  • jusqu’où voulons-nous aller?
  • quels efforts sommes-nous prêts à fournir pour y parvenir?

Les paliers représentent des capacités de l’équipe en agilité.

Une capacité est une possibilité de mise en œuvre réussie de compétences dans l’accomplissement d’une activité. Une capacité acquise n’est plus remise en cause, même quand l’équipe est sous pression.

Au début, les coéquipiers apprennent à se connaître et à travailler ensemble. Le premier palier consiste à donner régulièrement un résultat de valeur aux parties prenantes. Ce n’est pas une histoire de process ou de rôles, c’est d’abord une question de culture.

Les auteurs d’Agile Fluency placent Scrum comme un outil pour atteindre la focalisation de l’équipe.

Scrum est effectivement le bon outil pour se focaliser et ainsi devenir une véritable équipe, en quelques mois. Que signifie concrètement focalisation ?

Ensuite, pousser la coopération (qu’on appelle ça encore Scrum ou pas importe peu) permet d’atteindre les autres paliers. Comme souvent dans les évolutions, la progression se fait par bonds.

Compléments de lecture

Voir la page des Traducteurs Agiles qui avait été faite pour l’édition 5 de Scrum. Vous y trouverez des articles traduits sur les valeurs de Scrum (la FORCE), le modèle de Tuckman et l’approche à deux pizzas pour la taille d’une équipe.

À propos de taille d’une équipe Scrum, je conseille aussi le mini-livre de Pablo : la horde agile.

Des articles de mon blog apportent un éclairage sur le sujet de l’équipe :

Un article évoque l’équipe et le travail à distance : mes réflexions au début du confinement.

Et puis bien sûr, la suite de cette partie se trouve dans mon livre Scrum édition 6.


  1. Villepreux est ancien joueur et entraîneur, notamment au Stade Toulousain, théoricien du jeu de mouvement. ↩︎

Autres tutos de cette rubrique

Voir aussi